Jan 272013
 
pancarte01

Les Amoureux au ban public ont été invités pour présenter leur mobilisation à la journée d'études "L'amour et ses frontière : la régulation étatique des mariages transnationaux qui se tiendra à Bruxelles le 13 février à l'initiative du Laboratoire d'Anthropologie des Mondes Contemporains. La journée sera cloturée par la projection du documentaire "Les Amoureux au ban public".

Présentation de la journée d'étude : 

les mariages d’amour, entendus comme un modèle de référence partagé, deviennent une norme de plus en plus répandue dans le monde globalisé, la question des frontières reste cependant d’une actualité cruciale et pertinente. Et ce, pour comprendre comment les individus opèrent un choix parmi la multitude de conjoints potentiels dont ils n’ont qu’une connaissance générale. En effet, dans l’horizon des unions transnationales, toutes les combinaisons ne sont pas envisageables, des « espaces matrimoniaux » spécifiques sont constitués et limités par des facteurs culturels, sociaux, économiques et politiques. Dans ce cadre, la notion de mixité est loin de recouvrir un contenu univoque, ce qui explique que les alliances matrimoniales « à la frontière » ou, en d’autres termes, les unions impliquant une certaine forme de « mixité » nationale, culturelle, religieuse ou géographique, ont pris des acceptions différentes en fonction des époques et des contextes sociopolitiques qui les ont vus naître. Dans la forteresse européenne d’aujourd’hui, ces unions – encore souvent perçues comme subversives par rapport à une norme d’homogamie communément partagée – disent donc quelque chose de la permanence, de la production ou encore de la perméabilité des frontières entre les groupes humains. En Europe, la gestion des flux migratoires n’est pas sans soulever un certain nombre de questions d’ordre politique, juridique mais aussi éthique. Dans le contexte de rétrécissement progressif des canaux migratoires, l’institution du mariage reste l’un des canaux (en voie de raréfaction) de l’immigration légale. Dans ce cadre, de nouvelles catégories juridiques sont apparues pour réagir aux instrumentalisations potentielles de l’institution du mariage. La mise en œuvre de ces politiques et les idéologies qui les sous-tendent ne sont pas sans incidences sur les formes d’attachements qui unissent les couples concernés. Cette journée d’étude consacrée à l’amour et ses frontières et plus précisément aux modalités étatiques de régulation des mariages transnationaux entend poser les jalons d’une réflexion rigoureuse au carrefour des mondes associatifs et académiques.

Programme

- 09h00-09h20 : Introduction par Maïté Maskens (Chargée de recherche FNRS, LAMC-ULB) – « Les multiples frontières de l’amour »

Regards des sciences sociales

Président de séance : Denis Regnier (Chargé de recherche postdoctorale)

- 09h20-09h40 : Barbara Truffin (Chargée de cours, ULB) – « Un mariage sans “intérêt” ? Regards croisés sur les impacts de la suspicion administrative dans la vie de couples mixtes en Belgique »

- 09h40-10h00 : Federica Infantino (Aspirante FNRS, Cévipol) – « Gouverner les frontières, évaluer l’amour “vrai”. Attribution des visas dans le cadre de mariages aux consulats de Belgique, d’Espagne, d’Italie, de France à Casablanca »

- 10h00-10h20 : Discussion avec Pierre Petit (Directeur de l’Institut de Sociologie de l’ULB) comme discutant

- 10h20-10h40 : Pause-café

Président de séance : Mathieu Hilgers (Chargé de cours à l’ULB, membre du LAMC)

- 10h40-11h00 : Anne Lavanchy (Post-doc SNF Advanced researcher, Social Anthropology, University of Edinburgh) – « Par amour du même. La production de l’homogamie par les employés d’état civil en Suisse »

- 11h00-11h20 : Manuela Salcedo Robledo (Doctorante en Sociologie, EHESS/IRIS) – « Vie privée, vie publique : quelles frontières ? La situation des couples binationaux de même sexe en France »

- 11h20-11h40 : Fatiha Majdoubi (Sociologue, LISST-Cers, Toulouse 2-le Mirail) – « Mariage entre autres : Miss Visa et les altérités multiples au coeur des stratégies de proximité »

- 11h40-12h30 : Discussion avec Andrea Rea (Professeur à l’ULB, membre du GERME) comme discutant

12h30-13h30 : Lunch

Perspectives d’acteurs de terrain

- 13h30-13h50 : Nawal Bensaïd (Sociologue au GERME, ULB) – « La politique migratoire belge et ses conséquences sur l’institution du mariage : un regard du tissu associatif bruxellois »

- 13h50-14h10 : Nicolas Ferran (Docteur en droit et chercheur associé au CERCOP – Université de Montpellier, Fondateur du réseau Les amoureux au Ban Public et Responsable juridique de l’observatoire international des prisons (OIP)) – « Les Amoureux au ban public, genèse et contexte d’une mobilisation »

- 14h10-14h30 : Discussion avec David Paternotte (Chargé de Recherche FNRS, METICES, ULB) comme discutant

- 14h30-14h50 : Bruno Langhendries (Juriste à l’Association de défense des Droits des Etrangers) – « Le projet de mariage sous l’angle des démarches administratives : un parcours de combattant ? »

- 14h50-15h10 : Julie Lejeune (Département Migrations – Droits fondamentaux du Centre pour l’égalité des chances) – « Mariage et migration : les chiffres et les droits »

- 15h10-15h30 : Discussion avec France Blanmailland (Avocate, administratrice de l’Association de défense des Droits des Etrangers) comme discutant

- 15h30-16h00 : Pause-café

- 16h00-17h15 : Projection du film « Les amoureux au ban public » de Nicolas Ferran

Où et quand ?

Université libre de Bruxelles – Campus du Solbosch

Institut de Sociologie (bâtiment S)

Salle Henri Janne (15e étage)

44 avenue Jeanne

1050 Bruxelles

Le mercredi 13 février 2013 de 09h00 à 17h15

ENTREE LIBRE ET GRATUITE

 Publié par le 27 janvier 2013

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.