Mai 112017
 

Moi c’est Zahia,

Lui, c’est B.

Tout commence comme une belle histoire d’amour mais je ne vais pas vous raconter notre rencontre, je garde ça pour moi, cela nous appartient.

Le récit que je voudrais vous faire, c’est celui de l’attente qui n’en finit plus, de l’incompréhension, du mépris auquel nous faisons face tout simplement parce que nous n’avons pas la même nationalité.

Je suis française, il est algérien. Et alors ? Qu’est-ce que ça change ?

Je vais vous le dire : mon mari doit remplir tout un tas de conditions pour avoir le droit de vivre à mes côtés ici en France, pour avoir le droit d’y travailler aussi,  bref pour avoir des papiers quoi.

D’accord. Très bien.

Tout commence quand nous nous sommes présentés au guichet de la préfecture. Nous ne voulions qu’une chose B. et moi, comprendre quelle était la démarche à suivre et comment nous y prendre pour qu’il obtienne un titre de séjour.

Tout s’est passé très vite, il y avait beaucoup de monde, la personne de l’autre côté de la vitre n’avait pas le temps je crois.

On nous a dit que B. ne remplissait pas les conditions pour demander un titre de séjour, même si nous étions mariés. On nous a dit qu’il devait repartir en Algérie, aller au Consulat de France à Oran, demander un visa long séjour et qu’il pourrait ensuite revenir en France sans difficulté.

Faire un aller-retour en Algérie, ce n’était pas vraiment prévu. Devoir vivre séparés par des milliers de kilomètres sans savoir combien de temps ça allait durer, ce n’était pas ce que nous avions imaginé.

B. ne voulait pas prendre de risques, il a obéi : il est parti. Et il a fait sa demande de visa.

C’était il y a deux ans.

Demandes de justificatifs, attente, refus, nouveau dossier, demande de justificatifs, attente, refus, recours, audience, jugement, attente, attente, attente…

Notre histoire a été décortiquée par le consulat, par le ministère, par la juge. Et je ne comprends toujours pas ce système : c’est quoi le critère qui leur manque pour que B. ait enfin son visa et que nous puissions nous retrouver ?

Ils ne sont pas à notre place : je suis épuisée de toutes ces démarches, B. n’en peut plus d’être dans l’attente là-bas en Algérie. Nous nous soutenons comme nous pouvons, une fois c’est lui qui me remonte le moral, une fois c’est moi qui lui dit que ça va aller.  Notre entourage ne comprend pas forcément ce qui se passe, nous devons nous appuyer sur des avocats, sur des associations pour comprendre nos droits et les faire valoir.

Mais depuis deux ans que nous attendons les retrouvailles, je me dis qu’ils vont toujours trouver un nouveau prétexte, qu’il faudra encore recommencer notre dossier à zéro et que le moment va venir ou ni lui ni moi ne tiendrons plus le coup.

A force de devoir nous battre sans cesse, l’espoir s’effrite et la santé en prend un coup. Je suis dans l’impossibilité de voyager pour lui rendre visite, il n’obtiendra jamais de visa touristique pour me rendre visite en attendant d’avoir le droit de rester. Pour moi, pour nous, c’est de la maltraitance morale.

Si ça continue comme ça je vais finir par faire une grève de la faim, mais est-ce que ça servira à quelque chose ? Est-ce que le consulat et le ministère vont finir par délivrer ce bout de papier de quelques centimètres qui représente tant pour nous aujourd’hui ?

Le pire, c’est que nous avons une décision du Tribunal Administratif de Nantes en notre faveur, mais personne ne semble en tenir compte, et il ne se passe rien. Pour eux c’est peut-être deux semaines de plus dans la procédure, mais nous, nous comptons les heures.

Nov 172016
 
"Mon mari sera toujours mon plus beau cadeau"

Comme l’évoque si bien Lamartine « un seul être vous manque et tout est dépeuplé », voilà ce que je ressens au fond de moi, ces mots sont plein de sens. Cela fait maintenant 14 mois qu’on m’a séparée de mon mari que j’aime et dont je suis toujours amoureuse. La première fois que j’ai aperçu son […]

Fév 252016
 
"Voilà en gros notre souffrance quotidienne : attendre !"

Je suis Française, mariée depuis 5 ans avec un Ivoirien. Mon mari a été renvoyé au pays car son visa n’était plus valable depuis septembre 2013. A ce jour nous sommes toujours séparés. Trois Noël sans lui, trois anniversaires de mariage loupés, c’est inadmissible… Pour nous deux c’est un calvaire, une injustice d’être séparés alors […]

Sep 202015
 
"Je survis seulement..."

Comment commencer, comment raconter le mal être que je vis au quotidien, le calvaire que l’on vit depuis plus d’un an alors que notre souhait est de vivre et d’être ensemble. Voilà notre histoire, J., 22 ans, je résidais et travaillais en Suisse dans un bar. Je fais la rencontre d’un jeune homme extraordinaire, intelligent, […]

 Publié par le 20 septembre 2015
Août 142015
 
"Deux ans et demi qu'on nous empêche d'être heureux"

Comment commencer ce roman qui n’en finit plus?! Tout a débuté début mai 2011, époque à laquelle par le plus grand des hasards, puisque étant en pleine séparation du père de ma fille, je n’avais nullement l’envie de rencontrer qui que ce soit, mais le destin en avait décidé autrement, j’ai rencontré mon mari Après […]

Avr 222015
 
"Mensonge ! Ironie !"

Je suis Français et mon épouse est Camerounaise, nous nous sommes mariés il y a maintenant presque 2 ans. Ma femme a reçu une OQTF (obligation de quitter le territoire français) six mois après notre mariage, elle était sans papiers, immigrée clandestine… Cette obligation de quitter le territoire disait qu’elle pouvait aller demander un visa […]

 Publié par le 22 avril 2015
Déc 172014
 
"et qui s'occupera de ma femme si je repars pour plus d'un mois en Algérie ?"

Quelle ne fut ma surprise lorsqu’on m’a dit que je n’y avais pas droit étant algérien… Tout commence lorsque je rencontre Alexandra, 23 ans, le 20 juillet 2014. J’étais sans papiers mais entre nous ce fut le coup de foudre. J’étais sans papiers à Paris et elle une rouennaise. Très vite on s’installe ensemble chez […]

 Publié par le 17 décembre 2014
Nov 132014
 
"Tranche de vie d'un amoureux au ban public"

      Tranche de vie d’un amoureux au ban public Je me sens un peu comme une bête en cage ce matin. J’attends. Je tourne en rond et j’attends. J’attends de savoir si le couperet va tomber ou non. De savoir si la condamnation sera ou ne sera pas. C’est à dire qu’on commence […]

Sep 252014
 
"Si nous avons obtenu notre droit, juste celui de la république française, vous me laissez flottant, dans un vide sidérant, sidéral"

Ma lettre à Mesdames et Messieurs les Représentants de La France,     Alors j’ai pris avec moi, com-pris par ma chair douloureuse et ma pensée bousculée submergée par l’émotion ; ce qu’était d’être un Etre de peau noire, la « différence » dites vous… Se marier, un droit en France pour tous, signifié à nouveau […]

 Publié par le 25 septembre 2014