Fév 152017
 

Les nouvelles frontières de l’amour

Dans un contexte de repli, les unions franco-étrangères suscitent la méfiance d’une partie des autorités qui peinent à unir des couples pour certains et délivrer des visas pour d’autres afin qu’ils puissent vivre ensemble. Le mouvement Les Amoureux au ban public, et particulièrement son antenne à Strasbourg, défend « la liberté d’aimer ».

par Fabienne Delaunoy

Dernier né des collectifs des Amoureux au ban public en France, celui de Strasbourg organisait hier une soirée militante et festive lors de l’opération «Strasbourg mon amour». La manifestation avait pour but de sensibiliser le grand public à une situation administrative souvent compliquée pour les couples franco-étrangers. Parce que l’amour n’a pas de frontière et que les couples franco-étrangers sont des couples comme les autres, l’idée était aussi de fêter la Saint-Valentin d’une manière conviviale avec un concert, la lecture de lettres d’amour, un quizz…

Lire la suite de l’article et découvrir les premières photos de la soirée sur le site du journal

 

Fév 142017
 

Réseau de soutien aux couples victimes des politiques migratoires belges,  Amoureux, vos papiers ! s’est saisi de la date symbolique de la Saint-Valentin pour faire connaître les difficultés rencontrées par les couples binationaux.

Découvrez sur leur site :

« Vous vous demandez si votre amour est authentique ? Venez passer notre test « Dix questions qui prouvent que vous vous aimez – selon la police et la commune ». Vous voulez en savoir plus sur les obstacles rencontrés par les amoureux avec/sans papiers ? Vous trouverez à notre stand une publication gratuite rassemblant témoignages, analyses et conseils aux couples. Et si vous le souhaitez, les écrivains publics rédigeront également un petit mot doux pour votre prince charmant ou votre dulcinée. »

  • Le Carnet noir de la Coordination contre les Rafles, les expulsions et pour la régularisation consacré pour ce dernier numéro au réseau Amoureux, vos papiers ! (A télécharger gratuitement )

Vous y trouverez une présentation du réseau, des témoignages, des conseils aux couples binationaux de Belgique, avec de belles illustrations et plein d’autres informations !

Amoureux, vos papiers ! un réseau à suivre absolument !!

Fév 142017
 

Article à retrouver sur le site de FranceInfo

Mariée dans les Vosges, à Neufchâteau, le 27 février 2016  à un ressortissant tunisien, Sandrine Farnocchia, conseillère municipale de la ville, ne peut revoir son époux, privé d’entrée sur le territoire.

Par Thierry Pernin

L’amour, dit-on, ne connaît pas de frontières, mais parfois il complique les choses. Un couple franco-tunisien, séparé par la Méditerranée et par un refus de visa, en témoigne. Lundi 13 février 2017, Sandrine Farnocchia, de Neufchâteau, attend désespérément que son mari puisse revenir en France.

La rencontre
Pendant l’été 2014, Sandrine Farnocchia fait la connaissance de Mahdi Bennour, 34 ans, alors qu’elle est en vacances dans le Sud de la France.
Une véritable idylle naît entre la conseillère en formation au Greta et son amour de vacances, arrivé sur le territoire français deux ans plus tôt avec un contrat de travail jeune travailleur.
Après les vacances, comme Mahdi n’a pas régler sa situation à temps, la police lui signifie de quitter le territoire.

Le mariage
Depuis, Sandrine et Mahdi ont tenté de régulariser cette situation puis, en toute connaissance de cause, le 27 février 2016, Simon Leclerc, maire de Neufchâteau, a même consenti à les unir en mairie.
Trois semaines plus tard, le 16 mars, Mahdi est retourné en Tunisie pour ne pas se retrouver en centre de rétention.

L’attente
Aujourd’hui, malgré les attestations de voisinage et les interventions des élus, le consulat français, à Tunis, bloque le dossier. Il considère que c’est un mariage blanc et refuse le retour de Mahdi.

Fév 102017
 

Le collectif des Amoureux au ban public de Marseille vous invitent à leur action militante, dimanche 12 février 2017 à l’Equitable Café !

Rendez-vous au 54 cours Julien (6ème arrondissement) – métro Notre-Dame-du-Mont Cours Julien, ligne 2

Entrée libre

A partir de 15 heures, après-midi tout est gratuit our les minots : atelier maquillage, goûter, exposition photo !

16h : Marien Guillé, aventures voyageuses à travers les contes d’ici et d’ailleurs, feu d’artifice de poésie et de théatre

17h : Venez chanter avec Jean Sicard à l’orgue de barbarie

18h : Gualgui Music, le duo d’enfer des rythmes du Sénégal

+ Infos ludiques sur les pratiques discriminatoires à l’encontre des couples franco-étrangers

+ buffet des Amoureux

+ projection d’extraits du film des Amoureux au ban public

19h30 Denfishmok, trio pour un rock pur et efficace

 

Capture Marseille 14-02-17

Fév 102017
 

Pour lutter contre les lois restrictives, l’administration suspicieuse et les températures hivernales, les Amoureux au ban public fêtent l’amour avec une Saint-Valentin alternative : vous y êtes invité.e.s  !

Dernier né des collectifs des Amoureux au ban public, le collectif de Strasbourg a décidé de s’emparer de l’opération « Strasbourg mon amour » pour proposer une soirée militante et festive pour faire connaître la situation administrative souvent compliquée des couples franco-étrangers.

La soirée, intitulée Amoureux.ses du monde, se déroulera au Golden Gate, 63 rue du Fossé-des-Tanneurs à Strasbourg, de 18h à 1h.

Strasbourg mon Amour

Ambiance festive au programme, avec pour fil conducteur le couple franco-étranger qui est un couple comme un autre : musique du monde avec Ndoortel et Noufissa Kabbou, lecture de lettres d’amour, quizz et blind test, expo photo du site participatif « Nous sommes ici« , cocktails des amoureux transnationaux, d’autres jeux et animations et une décoration à la fois glamour et engagée.

A cette occasion, le collectif des Amoureux au ban public Strasbourg vous invite à participer à leur appel à lettres d’amour en imaginant les lettres de trois personnages semi-fictifs à partir de situations précises vécues par des couples croisés lors des permanences d’accueil, chacune étant illustrées par une image détournant le visuel officiel de « Strasbourg mon amour »  !

Rédigez une lettre d’amour en partant de l’une des situations proposées, déposez-la dans la boîte-aux-lettres du Golden Gate Bar  (ou envoyez là par courrier postal); elle sera tirée au sort pour être lue le 14 février lors de la soirée Amoureux.ses du monde et si vous êtes là vous pourrez repartir avec une autre lettre en échange de la vôtre…

Situation n°1

refus de visa Strasbourg mon amour

« Mon mari est coincé depuis 16 mois dans son pays et il n’arrive pas à obtenir un visa de l’ambassade de France pour venir s’installer avec moi ici. J’ai une bonne nouvelle à lui annoncer et je lui écris… »

Situation n°2

Persécuté Strasbourg mon amour

« On s’est rencontrés étudiants à l’Université de Strasbourg. Il vient d’un des 72 Etats qui pénalisent la relation homosexuelle. Il risque la peine de mort s’il rentre dans son pays et je lui écris de mon stage à l’étranger… »

Situation n°3

Ressources insuffisantes Strasbourg mon amour

« Je suis allemande, je vis à Strasbourg depuis des années. Pour que mon amour originaire d’un pays très lointain, qui ne fait pas partie de l’UE, puisse venir vivre avec moi, il faut que je subvienne à ses besoins, mais je n’ai pas de ressources suffisantes. Je l’aime et je le lui écris… »

 

Vous pouvez également soutenir l’organisation de cet événement en participant à l’appel à dons lancé par le collectif sur le site de crowdfunding Kiss Kiss Bank Bank ! Il reste quelques jours pour les aider à récolter les 20% manquants et atteindre leur modeste objectif !

Fév 012017
 

Retrouvez ci-dessous un extrait de l’article publié dans les Dernières Nouvelles d’Alsace le 1er février 2017

« Le pastiche vaut son pesant de cacahuètes : l’affiche officielle de « Strasbourg mon amour » perd tantôt son prince charmant, tantôt sa Juliette, détourés en blanc. Le blanc en question signe l’absence de l’être aimé pour cause de refus de visa d’une ambassade de France à l’étranger, l’impossibilité de retourner dans un pays d’origine réprimant les couples homosexuels, l’insuffisance de ressources décrétée par l’administration pour accueillir son amoureux (se) en France lorsqu’on y est résident étranger de l’Union Européenne…

Le groupe local des Amoureux au ban public (un mouvement national créé en 2007 au sein de la Cimade) propose, ce mardi 14 février, dans la programmation off du festival de Strasbourg, des témoignages sur ce type de situations « compliquées et douloureuses », explique la militante Sylvie Pelletier. « À partir de situations vécues, nous invitons (voir la page Facebook « Amoureux au ban public Strasbourg ») tout un chacun à rédiger une lettre d’amour parlant de ces couples franco-étrangers dont on bafoue un droit humain fondamental », poursuit Sylvie Pelletier. Ces courriers du cœur un peu particuliers feront l’objet d’une sélection. Puis les textes seront lus lors de la soirée mise sur pied par Alice Ratier, également membre du collectif à Strasbourg. Au programme, il y aura aussi des musiques du monde avec Ndoortel et Noufissa Kabbou, des quizz et blind tests sur les lois et pratiques françaises en la matière, une séance « photo à deux » pour ceux qui le souhaitent.

La soirée se tiendra ce mardi 14 février au Golden Gate bar, 63, rue du Fossé-des-Tanneurs, de 18 h à 1 h du matin.  « Bon, c’est vrai que notre propos n’est pas réellement touristique », concède Sylvie Pelletier dans un sourire. On parle, en vrai, à travers cet événement, de lutte contre des « lois restrictives et une administration suspicieuse ». Dans le même temps, quel meilleur lieu pour évoquer ces tourtereaux dans la panade qu’une ville dont le cœur bat avec saint Valentin durant dix jours ? »

Marie-Sophie Kormann, DNA 12/02/2017

Fév 082016
 

Le collectif marseillais des Amoureux au ban public vous propose de célébrer la Saint-Valentin en famille,

dimanche 14 février

à partir de 15h à l’Equitable café, 54 cours Julien

 

A partir de 15 heures : Après-midi Tout-est-Gratuit pour les minots
– Goûter
– Atelier – maquillage
– Projections
– Spectacle musical par le clown Celsius
Dès 18 heures
– Projection des extraits du film du clip et documentaire des Amoureux au Ban Public
– Infos ludiques sur les pratiques discriminatoires à l’encontre des couples franco-étrangers
– Buffet
– Venez vous faire tirer le portrait en couple d’Amoureux au Ban Public
– Concert
Entrée libre

Fév 102015
 

Le mouvement des « Amoureux au Ban Public » vous invite à venir réchauffer vos cœurs en musique au Bal de la Saint-Valentin le samedi 14 février 2015.

Rejoignez-nous à la Générale, 14 avenue parmentier, au cœur du 11ème arrondissement (Métro Voltaire) pour ce bal festif et revendicatif dès 19h00.

En solo, en amoureux, entre amis ou en famille, venez nombreux pour soutenir les Amoureux au ban public !

affiche bal ABP 2015

Amours suspectées
Réunis au sein du collectif des « Amoureux au Ban Public », les couples franco-étrangers combattent les politiques restrictives qui les empêchent de vivre pleinement leur vie familiale.
Depuis une quinzaine d’années, les unions mixtes font l’objet de suspicions et les couples subissent d’importantes intrusions dans leur vie privée et de longues séparations. Construire une vie de famille relève du parcours du combattant, tant les obstacles administratifs sont nombreux.

Solidarité, résistance
La Saint Valentin est l’occasion d’affirmer notre solidarité avec tous ceux qui s’aiment au-delà des frontières.
Dans une ambiance chaleureuse, les Amoureux au Ban public seront là pour partager avec vous leurs luttes et vous présenter leurs dernières créations : le livre de témoignages Haut les cœurs ! (sortie prévue le 6 février 2015) et le site internet « Nous sommes ici !».

Fiesta et gourmandises
La Générale, lieu de création pluridisciplinaire encré dans le quartier par son action artistique et sociale, nous accueille solidairement.
The Link (soul-RNB), Yonosoy (Rock) et La barricada Tropical (cumbia colombienne) se joindront à nous pour vous faire swinger tout au long de la soirée.

Pour les petites faims et les grandes soifs : cocktail des Amoureux, thé à la menthe, bières, poulet Yassa et revendications !

Participation libre : 1 euros, 2euros …. 50 pour les plus généreux !

 

Fév 172014
 

Par Philippe Larue

 

saint-Valentin MArseille 2014

Ces amoureux du "ban public" vivent des moments chaotiques et des galères pas sympathiques. Ce sont les couples binationaux où l'un des conjoints est français et l'autre étranger et qui vivent les pires difficultés pour que la situation de ce dernier soit régularisée. Ou pour se marier.

Hier, l'association qui les rassemble et les défend organisait une Saint-Valentin tardive mais festive à Marseille, bd Longchamp, pour "proclamer le droit et la liberté d'aimer" et affirmer qu'"un mariage en couleur n'est pas un mariage blanc". "Nous sommes amoureux, pas dangereux", sont venus témoigner plusieurs couples mixtes. En racontant comment "Amoureux au ban public" les a soutenus dans leur parcours.

"La loi et surtout l'interprétation de la loi sont de plus en plus restrictives pour ces dossiers qui mêlent le droit de la famille et celui des étrangers, explique Serge Navarro, membre du collectif. La Cimade, qui défendait déjà les étrangers, a créé en 2007 cette association spécifique pour aider ces couples." Les permanents racontent la suspicion continue à laquelle sont confrontés ces amoureux sans frontières mais pas sans souci.

"Les préfectures, les mairies rechignent à les informer, reprend Monia Bennegueouch, l'une des juristes du collectif. Nous avons de multiples exemples de procédures vexatoires où un couple doit reconstituer plusieurs fois son dossier sans raison et après avoir été mal renseigné. Malgré l'arrivée de la gauche au pouvoir et les promesses de François Hollande, nous constatons que la situation n'évolue guère." Lire la suite de l'article sur le site laprovence.com