Oct 012012
 
3085635783_1_3_PPu7SASG

Un amour empêché : le préfet de la Gironde maintient enfermé et veut expulser le mari d’une française

Issam BEN AYYAD est marocain, marié avec une française. Le 18 septembre 2012 le préfet de la Gironde prononçait contre lui une obligation de quitter la France et l’enfermait au centre de rétention de Bordeaux. A ce jour, Issam est toujours enfermé et risque à tout moment de se faire expulser au Maroc alors que sa femme et sa famille vivent en France.

Après avoir séjourné quelques mois en Espagne où il était venu avec un visa travail, Issam est arrivé en France en 2009. Il s’est marié en juin 2010 avec une française et ils vivent ensemble depuis lors.

Outre sa femme française, toute la famille d’Issam est en France : son père est décédé, ses deux frères et sa sœur vivent à Bordeaux, son autre sœur à Royan. Sa grande soeur a la nationalité française et ses frères ont une carte de résident de 10 ans.

Il y a plus d’un an, il a déposé à la préfecture de Bordeaux une demande de titre de séjour conjoint de française. Malgré ses deux ans de mariage et une promesse d’embauche en cas de régularisation, le préfet n’a pas donné suite à sa demande jusqu’à aujourd’hui.

Mardi 18 septembre, sa vie a basculé : le préfet de la Gironde a pris à son encontre une obligation de quitter la France sans délai et l’a immédiatement placé en rétention en vue de son expulsion.  C’est la première fois qu’Issam se fait interpeller depuis qu’ il est en France. C’est la première fois qu’il fait l’objet d’une mesure d’éloignement, c’est la première fois qu’il est placé en rétention.

Aujourd’hui, bien qu’Issam vive avec sa femme française, auprès de sa fratrie et qu’il ait une promesse d’embauche, le préfet veut l’expulser et le maintient enfermé au mépris du respect de sa vie familiale.

 

La Cimade, le collectif « Amoureux au Ban Public » et la LDH Bordeaux demandent au préfet de la Gironde de reconsidérer immédiatement la situation d’Issam afin d’empêcher un drame humain et familial.

 

Désolé, les commentaire sont désactivés pour l'instant.